Inflation

Sommaire

Selon l’Insee, l'inflation est une perte du pouvoir d'achat de la monnaie se traduisant par une augmentation générale et durable des prix.

Pour évaluer le taux d'inflation, l’INSEE utilise l'indice des prix à la consommation (IPC), calculé sur l'observation d'un panier fixe de biens et services, actualisé chaque année.

Le rehaussement en cours des barrières douanières aura vraisemblablement un effet inflationniste s'il se généralise, notamment parce qu'il empêche l’industrie locale de s’approvisionner au meilleur prix.

Inflation : définition

L'inflation peut se définir comme une augmentation de la masse monétaire (c'est-à-dire de la monnaie mise en circulation) accompagnée d’une hausse généralisée et durable des prix. C’est un phénomène qui a tendance à s’auto-entretenir et à s’accélérer. 

Bon à savoir : les banques centrales ont généralement pour objectif de maintenir l'inflation autour de 2 %. Depuis 2018, notamment sous l'effet de la hausse des prix de l'énergie, le taux d'inflation accélère un peu partout dans le monde, dont aux Etats-Unis qui prévoient désormais 2,1 % de hausse des prix en 2018 et en 2019. En Europe et en France, le taux d'inflation se situe autour de 2 % (2018).

Le niveau de l'inflation est directement lié au coût de la vie, à la croissance économique et à la richesse relative d'un pays. Selon l’économiste M. Friedman, elle découle de la progression trop rapide de la création monétaire par rapport à l’accroissement de la production. 

L’inflation provoque une baisse du pouvoir d'achat de la monnaie : les consommateurs peuvent acheter moins de choses qu’auparavant avec une somme d’argent équivalente. 

Bon à savoir : le Gouvernement français a créé une indemnité inflation de 100 € pour faire face aux conséquences de l’inflation sur le pouvoir d’achat des Français. Versée sous conditions en décembre 2021, en janvier 2022 ou en février 2022, elle concerne les personnes suivantes résidant en France : les salariés, les travailleurs indépendants, les demandeurs d’emploi, les agents publics, les retraités, les bénéficiaires de certaines prestations sociales, les étudiants boursiers ou non boursiers percevant une aide au logement.

En règle générale, la hausse du prix de certains biens et services (pétrole, alimentation, électricité) est plus ou moins compensée par la baisse du prix d’autres produits. Mais pas toujours. On parle d’inflation lorsqu'il y a une hausse généralisée des prix, et pas seulement de quelques produits.

Bon à savoir : une faible inflation a des effets positifs sur l’économie, notamment parce que les taux d'intérêt positifs incitent les particuliers à placer leurs liquidités. Lorsque les les épargnants obtiennent un rendements net de leur épargne inférieurs au niveau de l'inflation, ils s'appauvrissent.

Calcul de l’inflation

En France, l'instrument de mesure de l'inflation est l'indice des prix à la consommation (IPC). Sa première version remonte à 1914. Entré en service en 2016, l'IPC base 2015 constitue la 8génération de cet indice. Révisé une fois par mois, il permet d'estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages.

L’IPC est notamment pris en compte pour la réévaluation des retraites, des pensions alimentaires et des rentes viagères. Il sert aussi d'indice pour le SMIC et de référence des loyers (IRL).

Bon à savoir : l’IPC est basé sur l'observation d'un panier fixe de biens et services, actualisé chaque année. Il est calculé en référence à une année de base (2015) dont le niveau moyen est égal à 100. 

Les relevés de prix sont effectués dans 99 agglomérations de plus de 2 000 habitants dispersées sur le territoire métropolitain et dans 4 DOM. Ils portent sur un peu plus de 1 100 familles de produits (appelées « variétés »), dont la liste reste confidentielle.

Chaque variété est pondérée, dans l'indice global, proportionnellement à son poids dans la dépense de consommation des ménages. Pour le calcul de la hausse moyenne des prix, on attribue aux prix des produits représentant une partie importante de la dépense des ménages (par exemple l’énergie) un poids supérieur à celui des produits de moindre importance (par exemple les timbres-poste).

Inflation : différents types

Un taux d'inflation élevé est généralement considéré comme un danger pour le pouvoir d’achat et la croissance économique d’un pays. Les économistes distinguent deux grands types d’inflation : l’inflation par la demande et l’inflation par les coûts.

Inflation par la demande 

Selon les Keynésiens, l’inflation est due à un excès de demande par rapport à l’offre. L’augmentation des prix à pour effet de diminuer le nombre de demandeurs et d’augmenter le volume de l’offre, ce qui, in fine, parvient à rétablir une forme d’équilibre.

Inflation par les coûts

Elle résulte d’une augmentation des coûts de fabrication liée à plusieurs facteurs comme la hausse des salaires ou l'augmentation des matières premières (inflation importée). La combinaison de ces facteurs peut déclencher une spirale inflationniste comme ce fut le cas en France lors des chocs pétroliers dans les années 70.  

Ces pros peuvent vous aider