Escroquerie sur internet

Sommaire

Deux méthodes d'escroquerie sont présentes sur Internet : par mail et sur certains sites de commerce électronique.

L'escroquerie sur Internet est une arnaque très répandue et qu'il faut savoir repérer.

Les autres types d'escroquerie fréquents :

Escroquerie sur internet par e-mail : phishing et scam

On trouve deux types d'arnaque sur Internet : le phishing et le scam.

Le phishing ou hameçonnage

Le phishing est une arnaque consistant à envoyer un mail vous demandant de communiquer d'urgence des données personnelles : mot de passe, numéro de compte bancaire ou de carte bleue.

Les organismes dont on usurpe l'identité peuvent être :

  • une banque ;
  • un fournisseur d'accès ;
  • une compagnie d'électricité ou de téléphone ;
  • une administration.

Soyez donc vigilant et ne répondez jamais à ce type de mail : ne cliquez pas sur le lien proposé et détruisez ce mail dès réception.

Important : jamais votre banque, votre fournisseur d'accès ou d'autres organismes ne vous enverront de mail pour vous demander des informations confidentielles.

Repérer un scam : un mail inconnu

Vous recevez un mail d'un inconnu vous proposant une transaction financière.

  • Il vous parle d'une forte somme d'argent qu'il ne peut débloquer qu'avec votre aide et vous propose un pourcentage.
  • Mais auparavant, vous devrez lui avancer de l'argent pour ses frais.
  • Ne répondez ni n'envoyez jamais d'argent : c'est une arnaque !

Important : ne faites rien non plus si vous recevez un mail vous informant que vous venez de gagner ou d'hériter d'une forte somme d'argent.

Sites de vente douteux : autre type d'arnaque sur Internet

Il est facile de créer un site de vente sur Internet, avec des produits fictifs.

Pour repérer les sites de vente douteux, voici quelques conseils :

  • méfiez-vous des offres trop alléchantes et des prix trop bas (à comparer avec d'autres sites concurrents) ;
  • privilégiez un site hébergé en France, ou du moins sur lequel on trouve facilement les coordonnées de l'entreprise ;
  • attention aux sites très récents ;
  • faites une recherche sur le nom du site de vente pour trouver des commentaires.

Bon à savoir : depuis le 28 mai 2022, la publication de faux avis pour promouvoir un produit est légalement interdite. De plus, lorsqu'il donne accès à des avis clients, l’e-commerçant doit indiquer comment il s’assure que l’avis publié émane d’un client qui a bien acheté ou utilisé le produit.

En cas d'escroquerie sur internet : ce qu'il faut faire

Si vous pensez avoir été victime d'une arnaque ou d'une escroquerie, quelques démarches à réaliser au plus vite :

  • faites opposition sur votre carte bancaire en appelant le 08 92 705 705 ;
  • portez plainte ;
  • signalez l'escroquerie sur le site dédié du Gouvernement : ici ;
  • signalez l'acte dont vous avez été victime (virus informatique, phishing, détournement de données personnelles) sur le site internet destiné à aider les victimes de cybermalveillance : vous serez mis en contact avec des prestataires qui ont signé la charte d’engagement du dispositif national d’assistance aux victimes de cybermalveillance afin d'obtenir une assistance dans vos démarches. 

Autres outils, l’application « Ma Sécurité » et le site masecurite.gouv.fr permettent d'entrer en contact avec la police ou la gendarmerie 7 j/7 et 24 h/24 grâce à un tchat. Ces outils proposent un service de pré-plainte et de signalement, un accès à l'ensemble des numéros d'urgence et des renseignements sur les démarches à suivre en cas de vol mais aussi en cas de violences, de menaces ou d’escroquerie.

Par ailleurs, le site masecurite.gouv.fr permet de déposer plainte en ligne en cas d’e-escroquerie (escroquerie sur internet) : piratage de compte mail ou de réseau social avec demande d’argent, escroquerie à la petite annonce, fausse location, chantage en ligne, escroquerie aux sentiments ou lors d’un achat sur un site de vente en ligne frauduleux. À réception de la plainte, les éléments communiqués sont analysés par des experts de la police judiciaire.

Important : l'utilisateur d'un service de paiement qui communique les données personnelles du dispositif de sécurité, en réponse à un courriel contenant des indices permettant à un utilisateur normalement attentif de douter de sa provenance, manque à son obligation de prendre toute mesure raisonnable pour préserver la sécurité de ses dispositifs de sécurité. La Cour de cassation a ainsi déjà retenu la négligence grave d’un client victime de phishing pour écarter la responsabilité de la banque (Cass. com., 28 mars 2018, n° 16-20.018).

À noter : la Répression des fraudes a mis en place la plateforme SignalConso, accessible sur le web ou via une application mobile. Cette plateforme permet aux consommateurs de signaler tout litige lié à la consommation : achats sur internet (publicité trompeuse, fausse promotion, commande jamais livrée), achat en magasin (prix manquant, magasin sale, etc.), services à la personne, relations avec les banques et assurances, restauration ou achats de voyages par le biais d’une agence. Les réclamations sont transmises à l’entreprise concernée, qui peut indiquer ce qu’elle compte faire pour remédier aux dysfonctionnements signalés. La Répression des fraudes se réserve le droit d'intervenir ou de surveiller le professionnel concerné.

Lire l'article

Ces pros peuvent vous aider